L’art de la perfection imparfaite.

 

Wabi : signifie simplicité, humilité et vie en harmonie avec la nature.

Sabi : référence au passage du temps, à la fugacité, la beauté et l’authenticité de l’âge.

 

Ce concept spirituel et esthétique importé du Japon est un état d’esprit qui nous invite à accepter l’imperfection et l’impermanence du monde tout en y éprouvant de la satisfaction. Plus qu’une philosophie, il célèbre la beauté du naturel.

Pour remonter à l’origine de cette notion qu’est le wabi-sabi, il faut regarder vers le XVème siècle, et plonger dans l’univers délicat et codé de la cérémonie du thé.

À cette époque, la cérémonie du thé est réservée à l’élite et se veut fastueuse. Les objets utilisés pour la cérémonie sont excessivement luxueux, en provenance directe de la Chine voisine.

 Mais un moine zen, Murato Shuko, décide en réaction à ce faste, d’officier des cérémonies de thé avec des ustensiles locaux et conçus de manière artisanale.

Si l’idée n’a pas fait tout de suite des émules, elle est reprise au XVIème siècle par le maître de thé Sen no Rikyû, qui lui aussi remplace les luxueuses pièces chinoises par d’autres, plus sobres, locales et artisanales, et installe son pavillon de thé dans une demeure rappelant les huttes de paysans. Le wabi-sabi est né.

En utilisant des objets imparfaits, parfois brisés et réparés, au sein d’une pièce dépourvue de superflu, il a fait de ce moment où l’on déguste du thé une véritable communion pour l’esprit, qui se voit nourri des principes suivants : l’harmonie, le respect, la pureté et la tranquillité.

De nos jours, les cérémonies du thé les plus prestigieuses se font toujours avec des tasses de thé de plusieurs centaines d’années et des ustensiles qui ont du vécu. Dans la poterie japonaise, les tasses sont souvent déformées et irrégulières car chaque objet doit être unique pour posséder son charme propre.

En décoration, le bois brut et la pierre sont quasiment laissés dans leur jus. Les couleurs dominantes sont claires et neutres, évoquant les éléments naturels. Quant aux objets, imparfaits, idéalement fabriqués de manière artisanale, ils sont marqués par l’usure : patine, craquelures et chocs sont autant de symboles de la durabilité de quelques rares produits qui traversent les générations et perdurent dans le temps.

Adopter la philosophie Wabi Sabi passe également par un travail de désencombrement. De votre vie certes, en apprenant par exemple à mieux s’organiser, mais également de votre intérieur, en apprenant à désencombrer sa maison, ou encore à se contenter d’une garde-robe minimaliste.